Comment éviter de subir le même sort que la télé et les journaux?

Au moment d’écrire ces lignes, moins de 48 heures se sont écoulées depuis que TVA a licencié un tiers de ses employés pour survivre à la crise des médias. Ce matin même, nous apprenions que PubliSac allait bientôt cesser ses activités, signant ainsi la fin pour plusieurs journaux régionaux. Ces derniers mois, il y a eu des suppressions de postes chez Bell Média, Cogeco Média, et d’autres encore.

La radio est souvent le dernier média à être touché, en raison de sa flexibilité, de son coût moindre et de son caractère local. Cependant, tôt ou tard, cette crise nous frappera de plein fouet.

Voici des idées que je partage avec vous afin que nous puissions tous augmenter nos chances de traverser la tempête.

1 – Diversifier ses sources de revenus.

Il est évident que le gâteau publicitaire en radiodiffusion est devenu bien plus petit. Les géants du numérique ont accaparé une grande part des dépenses publicitaires des annonceurs qui soutenaient depuis longtemps les radios. Aujourd’hui, il est crucial de multiplier les sources de revenus pour une station de radio. Il faut oublier la publicité traditionnelle et faire preuve de créativité. Pourquoi ne pas louer ses studios pour des productions externes ou faire du placement de produit à l’antenne ou sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ne pas vendre des produits dérivés ou organiser un Bingo le dimanche matin ? Et si nous créions du contenu exclusif à vendre sur des plateformes comme Patreon ?

2 – Rajeunir son auditoire.

Selon les dernières données PPM que j’ai consultées, dans 20 ans, la majorité de nos auditeurs auront 55 ans et plus, ne se situant plus dans la tranche d’âge payante de 25 à 54 ans. Cela rappelle la fin de la bande AM, où seuls quelques auditeurs plus âgés semblaient être à l’écoute, probablement par habitude. Mais comment remédier à cela ? En créant du contenu spécifiquement pour eux et en le diffusant sur des plateformes autres que la bande FM, comme les podcasts. Comme je le dis souvent, nous sommes désormais des créateurs de contenu, et non simplement des diffuseurs.

3 – Faire évoluer le contenu.

Il est important de conserver certaines habitudes pour fidéliser nos auditeurs, mais pour toucher un public plus large, les stations doivent trouver de nouvelles façons de faire évoluer leur contenu et le rendre plus pertinent pour leur auditoire cible. Il est essentiel de se poser des questions cruciales : est-ce qu’un bulletin de circulation est toujours pertinent ? Est-ce nécessaire de répéter la météo huit fois chaque matin ? Avons-nous réellement besoin d’un format musical ou hybride dans l’émission du matin ou du retour à la maison ? Peut-on faire de la radio parlée sans parler constamment d’actualité ? Est-ce que l’humour diffusé actuellement sur les ondes des radios commerciales correspond vraiment aux attentes du public ?

4 – Modifier les lois.

Il est impératif de maintenir une forte pression sur le CRTC et nos gouvernements pour réformer les lois sur la radiodiffusion qui ne tiennent pas compte de la nouvelle réalité médiatique. Trop souvent, le CRTC a pris des décisions en faveur du court terme et de notre culture, en oubliant un élément essentiel en affaires : l’offre et la demande. Malheureusement, des plateformes comme Spotify et Apple peuvent offrir des playlists bien plus intéressantes pour nos auditeurs, car elles ne sont pas contraintes par des restrictions linguistiques ou géographiques.

5 – Élargir nos horizons musicaux.

La situation s’est améliorée depuis les années 2000, où toutes les stations montréalaises diffusaient sensiblement le même catalogue francophone. Cependant, il reste encore du travail à faire pour rendre les nouveautés locales plus accessibles et diversifier nos catalogues musicaux.

6 – Explorer différentes plateformes.

Utilisez toutes les plateformes possibles pour vous faire entendre et vous faire découvrir : réseaux sociaux, outils de diffusion, podcasts, etc. Faites-vous entendre partout !

7 – Engager des professionnels à long terme.

Malheureusement, beaucoup de directeurs engagent des personnalités connues de l’industrie du showbiz sans savoir si elles seront de bons animateurs. Ils le font pour obtenir des résultats rapides et une publicité intéressante, mais la plupart du temps, cela se retourne contre eux. Lorsqu’une émission ne fonctionne pas, la perte d’auditeurs n’affecte pas seulement la station sur laquelle elle est diffusée, mais aussi les autres stations car une partie quitte tout simplement la radio, ce qui fait de nous tous des perdants. La plupart des émissions qui réussissent actuellement sont animées par des professionnels formés et expérimentés, souvent entourés de personnalités fortes et talentueuses.

8 – Être agile.

Les technologies évoluent rapidement, de même que les nouvelles plateformes de diffusion et de médias sociaux. Les créateurs de contenus audio doivent rester constamment à l’affût des dernières tendances technologiques et explorer différentes façons de diffuser leur contenu. Il est essentiel de former le personnel pour qu’il soit compétent et rapide avec les nouvelles technologies.

9 – Explorer l’intelligence artificielle.

Je sais, certains d’entre vous sont réticents à l’idée de faire entrer l’intelligence artificielle dans l’industrie, mais écoutez-moi. Si l’intelligence artificielle pouvait nous faire économiser de l’argent et maintenir les stations ouvertes, cela ne vaudrait-il pas la peine d’explorer cette voie ?

Bientôt, il sera possible de recréer les voix des animateurs de votre station très simplement. Imaginez que cet animateur puisse demander à l’intelligence artificielle de gérer certaines interventions basiques à sa place, lui laissant ainsi plus de temps pour préparer des interventions sérieuses. Et si l’intelligence artificielle pouvait nous aider à mieux connaître votre auditoire en temps réel ou à vous soutenir dans nos recherches ? L’essentiel est que l’IA ne remplace pas complètement les professionnels de la radio, mais les rendent plus performants.

10 – Engagement communautaire.

Les stations de radio, surtout celle en région, peuvent renforcer leurs liens avec la communauté locale en organisant des événements, en soutenant des œuvres caritatives locales et en donnant la parole aux membres de la communauté. Cela peut créer un lien émotionnel avec les auditeurs et fidéliser l’audience.

Ce ne sont que des idées, des réflexions, en espérant que tous mes collègues auront encore un emploi dans 5, 10, 15 ans et que je me renderais à ma retraite!


En savoir plus!

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

Derniers articles